Newsletter

The subscriber's email address.

Journaliste d'investigation recruté

14/01/2016
CATSUF

Le CATSUF fait accréditer des journalistes

Bonsoir à tous chers collègues.

Nous avons deux petites nouvelles à vous annoncer une bonne et une très bonne, par laquelle commençons nous ?

Commençons par la bonne, le CATSUD 72 a pu prendre en charge un journaliste du Maine-Libre à bord d’une ambulance pour une journée complète en immersion, une présentation du métier sera donc publiée dans le même journal courant février vous ne manquerez pas d’en être informés.

La plainte pénale dans l’affaire de l’ambulance interceptée est prête à être déposée, les pièces ont également été réunies.

Et enfin la seconde, souvenez-vous il y a environ 15 jours nous vous annoncions que le CATSUF avait sollicité les autorités de presse ainsi que l’organe d’accréditation national afin de placer un ou plusieurs journalistes sous protection des lois de la presse.

Deux demandes avaient été déposées, l’une pour reconnaitre le CATSUF comme un organe de presse, l’autre pour tenter d’accréditer un ou plusieurs journalistes de manière individuelle.

La demande pour le CATSUF a été rejetée, ce qui n’est pas étonnant en soi.

En revanche, l’accréditation du président du CATSUF en qualité de journaliste professionnel a été retenue !

Fruit d’une démarche longue, d’une exposition de compétences rédactionnelles, de capacité de projection et d’investigation, cette démarche a donc aboutie.

Toutefois il est à souligner que le droit français ne garantit pas une inviolabilité absolue des sources telle que la loi européenne le prévoit (la France a déjà été condamnée plusieurs fois par la CEDH pour cela).

Face à cela, deux options étaient alors envisageables, se placer sous une accréditation nationale (plus simple mais moins sécurisante pour le travail du journaliste) soit tenter audacieusement une accréditation internationale (le droit européen supplantant le droit français en matière de loi de presse) en postulant auprès d’agences de presse mondiale.

Après en avoir débattu avec le pôle législatif, et gardant à l’esprit que le CATSUF est indépendant, il nous a été logique de vouloir rendre totalement inviolable les sources du CATSUF en les plaçant sous droit de la presse international.

Le président du CATSUF est donc allé une nouvelle fois défendre le projet bec et ongles devant des instances de presse mondiale et tenter d’exposer que le travail d’investigation d’intérêt public en matière de santé et de transports sanitaires vaut d’être révélé au grand jour dans l’intérêt commun de la santé des usagers.

Coup de théâtre en date du 11 janvier 2016, face à un parterre d’agence, c’est l’agence Américaine WPA (World Press Agency) de New-York, par le biais de son agence OTEC-SUD qui a recruté Emmanuel PIQUET-PELLORCE et accepté de placer sous sa protection l’ensemble du travail d’investigation du CATSUF en accréditant contractuellement celui-ci comme journaliste d’investigation.

C’est un coup d’éclat fracassant dont nous sommes extrêmement fiers.

Que cela va-t-il changer concrètement ?

- Le CATSUF, effectuera désormais de véritables enquêtes sous protection des lois de la presse.

- L’ensemble des sources sont inviolables, peu importe la requête (judiciaire, étatique...)

- Les documents seront conservés sur des serveurs américains sécurisés, inaccessibles à l’état français.

- Le CATSUF peut, par le biais de la WPA, demander accréditation aux états pour effectuer par exemple des reportages sur les systèmes de secours étrangers.

- Le CATSUF dispose désormais de capacités d’investigation supérieures et totalement libres.

- Les dispositions de protection des lois de la presse inverse la charge de la preuve, il n’appartient plus à la personne qui publiera de se justifier, mais bien à la personne, ou l’entité mise en cause de prouver que le(s) journalistes du CATSUF ont tort.

- La liberté d’informer étant souveraine, les publications mettant clairement en cause des entreprises, des ambulanciers, ou autres entités n’entraineront plus aucune protection par floutage de leur identité, puisque le CATSUF disposera des preuves de l’infraction.

- L’ensemble des litiges se régleront désormais devant la 17ème chambre correctionnelle du tribunal de grande instance de Paris concernant les infractions de presse.

- Tenter de violer les sources du CATSUF sera désormais un délit d’atteinte.

- Tenter de rechercher les proches ou de mener un travail de sape ou de contre-recherche des mêmes sources sera également délictuel.

- Le CATSUF pourra enquêter totalement librement lorsqu’il sera sollicité.

Le(s) journaliste(s) rattachés à la WPA seront enregistrés dans les annuaires de presse et pourront se transporter n’importe ou pour enquêter.

La carte de presse internationale dispose d’un QR Code afin de pouvoir identifier le journaliste 24/24 7/7 et attester qu’il est fait opposition à la violation de ses sources.

Il existe une multitude de prérogatives que nous pourrons exploiter désormais, c’est une avancée majeure dans la recherche et la révélation de la vérité, notamment dans les investigations menées par la presse et qui pourront être fournies aux ARS sans aucun risque de dévoilement des sources.

Nous saurons faire bon usage de ces nouveaux outils, c’est un progrès gigantesque dans la promotion de notre métier et la dénonciation des mauvaises pratiques et autre violations, effectuer de beaux reportages sur notre profession, couvrir les salons et autres conférences et bien d’autres prérogatives seront alors mises en œuvre.

Tout ceci a été rendu possible grâce à vous tous, grâce à l’implication des délégués au quotidien.

Nous ne lâchons rien et poursuivons depuis maintenant plus de deux ans, nos efforts pour concentrer au maximum les ambulanciers autour de nous tous, vous tous, afin de ne rien laisser au hasard sur notre métier et de répondre au maximum aux attentes.

Une autre surprise est prévue la semaine prochaine, mais nous ne pouvons pas tout dévoiler sinon ça ne serait plus une surprise.

Merci encore pour votre participation, champagne pour tous !

Toute l’équipe du CATSUF.

PS : à L'heure ou nous rédigeons ces lignes, la carte de presse du titulaire et son press crédential officiel sont acheminés depuis New-York, nous ne manquerons pas de vous indiquer à partir de quand la protection et les droits s'appliquent, cela ne devrait pas excéder 30 jours.

L'équipe du CATSUF