Newsletter

The subscriber's email address.

Sécrétion story ou l'assassinat de la crédibilité

23/08/2015
Information

Lettre ouverte

Direction des programmes TF1
Direction des programmes ENDEMOL
Direct-Ambulance
Copie pour information : ARSDT 13
Copie pour information : IFAS Marseille
Copie pour information : ATSU 13
Copie pour information : SAS 13
Copie pour information : France 3 PACA
Copie pour information : La Provence


Madame, Monsieur.

Nous avons eu l'horreur de constater que la téléréalité absconse avait encore de beaux jours devant elle dès le lancement de la saison 9 de l’émission secret story de TF1.

Nonobstant la présentation absolument terrifiante et dénuée de tout sens qu’il est fait de la ville de Marseille, ramenant ses habitants,si l’on en croit les présentations des candidats, à des bovins beuglards acharnés du klaxon, atteint d’un machisme exacerbé et dont la pensée semble se résumer à « Soleil, femme, sexe et plage », nous espérons que les habitants de Marseille amoureux de la ville en elle-même, de son histoire, de ses traditions, de ses relations humaines et de ses éléments culturels sauront garder la tête froide.

En revanche, nous avons été totalement abasourdis, nous ambulanciers des quatre coins de France, en découvrant que deux de nos « confrères et consœurs » se trouvent être parmi les candidats.

Lorsque l’on connaît la réputation de haute voltige intellectuelle de l’émission, la stupeur s’est transformée en angoisse environ trois minutes après l’annonce que notre corporation serait citée.

Nous découvrîmes alors Émilie et Loïc, deux « ambulanciers » de Marseille, qui dès les premières minutes, nous fîmes une magnifique démonstration de démenti scientifique en matière de biologie animale, nous prouvant que le crocodile marin n’était donc pas l’espèce de la faune sauvage ayant la plus grande gueule sur terre.

Vient alors la présentation du métier de nos deux comparses, il convient déjà de souligner que la mairie de Marseille devrait effectuer un dépistage de champ magnétique à l’intersection où a lieu la magnifique scène du klaxon puisqu’il semble dans tous les cas que seuls les Volkswagen
transporters gris soient immobilisés et gênent la circulation dans les deux présentations en ce seul endroit précis, nous ne pouvons que nous inquiéter du budget de TF1.

Bien évidemment il ne nous appartient pas de juger de la qualité de la présentation d’Émilie qui en exactement 28 secondes viole plusieurs
textes réglementaires du transport sanitaire, bien entendu, nous savons qu’elle n’a pu que mettre en scène cela et céder aux sirènes du « buzz » et à l’attraction financière pour pouvoir exposer une image aussi désastreuse de la profession.

Cela nous rappelle étrangement l’ire (à juste titre) de l’ordre national des infirmiers avec l’apparition de la série Nina, nous sommes quelque peu dans le même contexte, naturellement, ce n’est pas comme si l’œuvre audiovisuelle hautement philosophique qui est concerné était suivie par plusieurs millions de téléspectateurs.

Alors même que la présentation est terminée et que nous sommes donc sous traitement anxiolytique pour les quinze prochains jours, il nous semble devoir nous interroger sur l’objectif de la société Direct-Ambulance d’avoir, espérons « loué » l’ambulance sans être informé de l’exposé qui allait en être fait.

Nous savons qu’il est nécessaire pour ce type d’émission de devoir correspondre à des critères psychiques en matière d’ego surdimensionné et d’excentricité, nous pensions simplement que notre profession, tendant à la rigueur et à la dignité, serait épargnée.

Alors que les Instituts de formation tirent la profession vers le haut, appuyés par l'ensemble des professionnels de santé que nous sommes, l'affliction qui nous frappe en découvrant Émilie et Loïc n'a d'égal que l’abyssale résonance crânienne qui émane de leur présentation.

Nous protestons également d’être désavantagés, en effet comme le souligne Émilie qui se sent donc « pompier ou médecin » dans son travail, il nous est impossible de fuir, contrairement à l’ordre des médecins des bouches du Rhône qui peut changer d’adresse en urgence ou aux marins-pompiers de Marseille pouvant se réfugier sur leurs bateaux.

Avons-nous finalement nous, ambulanciers, une option à part celle de fermer les yeux ?

Il n’en est rien, gageons simplement que le bris des meubles sera limité dans la durée et que nos deux égocentriques seront rappelés rapidement à leur humble métier par le vote des Français.

Encore fût-il possible que la définition de l’humilité leur soit acquise….

Pour la corporation, et par dépression,

Emmanuel Piquet-Pellorce
Ambulancier Diplômé d'Etat
Président du CATSUF