Newsletter

The subscriber's email address.

Un policier pointe son arme sur un ambulancier en SAMU

04/01/2017
Information
un policier pointe son arme sur un ambulancier en samu

Un ambulancier de la société Poitiers ambulances a porté plainte, la semaine dernière, contre un policier du commissariat, à la suite d'un contrôle routier pratiqué mercredi 28 décembre, à 16 h 40, sur la rocade, au croisement de la route de Poitiers et de Saint-Benoît. L'ambulancier estime que le policier l'a empêché de remplir la mission de service public confiée par le SAMU.
L'ambulance arrivait de Poitiers sud. « Nous avions pris en charge une femme en détresse respiratoire à Fontaine-le-Comte en direction du CHU, à la demande du médecin-régulateur du SAMU, explique l'ambulancier qui souhaite conserver son anonymat. Il y avait une longue file de voitures au feu tricolore. J'ai actionné la sirène avec le gyrophare et je me suis faufilé jusqu'à passer le feu. »

De l'autre côté de la rocade, au même moment, des fonctionnaires du commissariat assuraient un contrôle de vitesse. Un policier a traversé les voies de circulation pour procéder à un contrôle de l'ambulance. Visiblement, la tension est montée entre le contrôlé et le contrôleur (lire ci-contre). « Je lui ai expliqué et répété que je faisais un transport pour une urgence vitale et que je ne pouvais pas m'arrêter, affirme l'ambulancier. Il a demandé mes papiers. Il a pris mon permis en photo en m'indiquant que je recevrais un procès-verbal par courrier. » L'équipier, présent à l'arrière, confirme : « Quand j'ai vu que le policier arrêtait le véhicule, j'ai appelé le médecin-régulateur du SAMU pour l'informer de la situation. L'appel est enregistré. Il m'a dit qu'il l'indiquait dans le dossier. » 
Interrogé, le commissariat de police affirme que l'ambulancier a fait l'objet d'un contrôle routier à la suite « d'un excès de vitesse et d'une conduite dangereuse. » 
Le parquet de Poitiers a diligenté une enquête visant « à vérifier les conditions de l'urgence absolue du transport du malade et de l'emploi du gyrophare et du deux tons. Il y a une réglementation très spécifique dans le cadre des ambulances. » Une ambulance est considérée comme un véhicule d'intérêt général prioritaire (VIGP), uniquement quand elle est missionnée par le SAMU.

Arme dégainée pour refus d'obtempérer

L'ambulancier ciblé par le contrôle affirme que le policier « a pointé son arme de service (vers lui) avant de la ranger. » Son coéquipier, présent à l'arrière de l'ambulance avec la patiente, confirme : « J'ai vu l'agent de police pointer son arme, en direction de mon collègue, à travers le pare-brise. »Le parquet confirme cette information en l'expliquant par le refus d'obtempérer de la part du conducteur.


Source: http://www.lanouvellerepublique.fr/Vienne/Actualite/Faits-divers-justice/n/Contenus/Articles/2017/01/03/L-ambulancier-accuse-le-policier-2955912

X.B.
La Nouvelle République