Newsletter

The subscriber's email address.

Affaire Martin-Samu : le CATSUF apporte des précisions

30/04/2015
CATSUF dans la presse
logo catsuf

Dans l'affaire du décès d'Eric Martin, ce quadragénaire de Vrines, près de Thouars, décédé après une prise en charge tardive par le Centre 15 (NR du 27 avril), un collectif des Ambulanciers de France, le Catsuf, dont le siège est à La Mûre (Isèle), souhaite apporter des précisions. La famille Martin avait décelé une difficulté d'intervention de l'ambulancier privé auquel le Centre 15 avait fait appel dans un premier temps (NR du 27 avril). Mais pour le collectif, il s'agit de corriger les impressions qu'a pu ressentir la famille. « En de pareilles circonstances, le désespoir des proches pousse souvent ceux-ci à interpréter différemment ou maladroitement des gestes ou paroles qui ont pu être exécutés durant l'intervention », explique Emmanuel Piquet-Pellorce. « Personne n'en tiendra rigueur à la famille, les ambulanciers sont formés à ce genre de situation […] Les ambulanciers privés missionnés par le Samu sont titulaires d'un diplôme d'État qui les qualifie et leur donne toutes compétences pour intervenir sur toute urgence vitale comme le prévoit la loi. L'ambulance de secours et de soins d'urgence missionnée pour intervenir auprès de M. Martin est équipée du système de géolocalisation Thelys, ce qui permet de relever les délais d'intervention et de prouver qu'une fois encore le ressenti des proches en détresse en matière de délai d'arrivée des secours est disproportionné. » Concrètement, selon Emmanuel Piquet-Pellorce, « les ambulanciers thouarsais sont arrivés sur place 15 minutes après l'appel » et non une demi-heure comme a pu l'estimer la famille.

En ce qui concerne l'administration de l'oxygène, Emmanuel Piquet-Pellorce explique que la première bouteille d'oxygène n'était pas vide. « Mais il s'agit d'une petite bouteille de 1 m3 qui se vide en 15 minutes en raison du débit demandé pour l'insufflation. Le changement en cours d'intervention est une opération très fréquente et il a été nécessaire pour ne pas priver M. Martin d'oxygène en attendant l'équipe de réanimation du Smur qui avait été alertée immédiatement de la situation. »


Source: http://www.lanouvellerepublique.fr/Deux-Sevres/Actualite/Faits-divers-justice/n/Contenus/Articles/2015/04/30/Affaire-Martin-Samu-precisions-des-ambulanciers-2313769

L'équipe du CATSUF