Newsletter

The subscriber's email address.

Le CATSUF défend un ambulancier

09/12/2014
CATSUF dans la presse
logo le parisien

Dimanche après-midi, un ambulancier de 40 ans a été interpellé à la sortie de l'hôpital André-Mignot au Chesnay, après avoir grillé un feu rouge et manqué de blesser un policier. Vers 15 h 45, rue de Versailles, une patrouille de police quitte le centre hospitalier et constate qu'une ambulance, siglée Jussieu, brûle un feu rouge. Les fonctionnaires arrêtent l'ambulancier et contrôlent ses papiers.

« Le conducteur s'est montré récalcitrant et outrageant envers les policiers, précise une source proche de l'affaire. Il justifiait son compor-tement en arguant qu'il est ambulancier et prioritaire malgré l'absence de malade au sein du véhicule. »

Sans attendre la fin du contrôle de police, l'ambulancier décide de repartir. Il engage la marche arrière et heurte légèrement un policier avec le rétroviseur. Ce dernier n'est pas blessé. L'ambulancier récalcitrant est finalement arrêté, conduit au commissariat de Versailles et laissé libre après avoir été auditionné par un officier de police judiciaire. « Les ambulances privées qui circulent à vide ne sont pas prioritaires, souligne un commissaire de police. On voit régulièrement des abus dans Versailles. Ce type de véhicule passe les carrefours toutes sirènes hurlantes et on retrouve les ambulanciers en train de manger au McDonald's. » Le quadragénaire va perdre quatre points sur son permis pour avoir grillé un feu rouge et risque même une suspension devant le tribunal de police pour le refus de se soumettre à une injonction des policiers. L'employeur de l'ambulancier conteste cette version. « Les ambulanciers se rendaient bien sur les lieux d'une prise en charge pédiatrique urgente, ce qui explique qu'ils étaient à vide au moment des faits », explique-t-il. De son côté, le Collectif ambulancier des transports sanitaires et d'urgences de France (Catsuf), qui compte quelque 2 500 membres actifs, est prêt à aller devant le tribunal plaider la cause de ce professionnel qui, selon lui, assurait « une mission d'urgence de service public ». Le Parisien


Source: http://m.leparisien.fr/espace-premium/yvelines-78/l-ambulancier-se-croyait-tout-permis-09-12-2014-4358305.php

Le Parisien