Newsletter

The subscriber's email address.

La chaîne de survie - Les gestes qui sauvent

11/03/2017
Prévention publique
La chaîne de survie - Les gestes qui sauvent

La chaîne de survie résume les actions successives à mener pour prévenir ou traiter une mort subite par Arrêt Cardio-Respiratoire (ACR). 

Ces actions sont les suivantes :

1. Visite médicale

Si vous présentez un ou plusieurs facteurs de risque, consultez votre médecin.

2. Alerte précoce des secours médicaux

En premier lieu, il faut que vous ou d'autres témoins soyez capables de reconnaître l'urgence. Vous devez reconnaître les signes annonciateurs d'une crise cardiaque, d'un arrêt cardiaque, d'un accident vasculaire cérébral ou d'une suffocation. Toute personne inconsciente doit recevoir des soins d'urgence. Dès qu'une situation d'urgence se présente, contactez immédiatement les services d'urgence en téléphonant au 15, au 18 ou au 112.

En présence de plusieurs témoins : 

  • Le sauveteur peut demander à l’un d’eux de prévenir les secours et d’apporter un défibrillateur (si a disposition) pendant que lui-même commence le massage cardiaque. 

Si le témoin est seul face à la victime : 

  • Il prévient lui-même les secours, se munit du défibrillateur s’il est immédiatement disponible et revient auprès de la victime pour débuter les gestes de secours. 

Pensez à être précis : 

  • adresse exacte
  • numéro de téléphone 
  • nom, prénom 
  • etc..

⚠ Ne raccrocher que si l'interlocuteur vous le demande.

3. Réanimation CardioPulmonaire (RCP) précoce

La RCP est le maillon essentiel qui permet de gagner du temps entre le premier maillon (alerte précoce) et le troisième maillon (défibrillation externe précoce). Plus la RCP est entreprise précocement, plus les chances de survie de la victime d'un arrêt cardiorespiratoire sont grandes. La RCP maintient l'apport de sang oxygéné au cerveau et au cœur jusqu'à ce qu'une défibrillation externe ou autre traitement spécialisé rétablisse l'activité normale du cœur. 

⚠ Si pas de ventilation et après vérification et libération des voies aériennes (LVA), mise en place précoce du massage cardiaque ou réanimation cardio-pulmonaire (RCP)

4. Défibrillation précoce

Le seul traitement efficace d'un arrêt cardiorespiratoire cardiaque subit (ACR) est l'application d'un choc électrique à l'aide d'un défibrillateur externe. Le défibrillateur applique un courant électrique au cœur par l'intermédiaire d'électrodes ou de palettes placées sur le thorax. L'impulsion de courant stoppe l'activité anarchique du cœur, lui donnant une chance de recommencer à battre à un rythme normal. L'application d'un choc électrique qui rétablit le rythme cardiaque normal est appelé défibrillation.

Plus la défibrillation externe est effectuée précocement avec un défibrillateur externe automatique ou un défibrillateur manuel, plus les chances de survie de la victime sont grandes. Les chances de survie d'une personne en arrêt cardiaque diminuent de 10% à chaque minute écoulée sans défibrillation. Au bout de 10 minutes, les chances de survie sont inférieures à 10%.

5. Prise en charge médicalisée précoce

Elle est assurée par des équipes spécialisées (SMUR) qui dispensent des soins de base ainsi que des soins médicaux plus complexes. Elles peuvent administrer des médicaments cardiaques et introduire des tubes trachéaux. Ces actions aident le cœur en fibrillation ventriculaire à réagir à la défibrillation ou à conserver un rythme normal après une défibrillation externe réussie.

6. Thérapie implantable

Un ACR en annonce souvent un autre. La prévention est essentielle pour la survie. Un Défibrillateur Automatique Implantable (DAI) administre un choc électrique pour stopper des rythmes cardiaques potentiellement mortels et rétablir un rythme cardiaque normal (...)

Formez-vous aux gestes qui sauvent

Le Bureau National