Newsletter

The subscriber's email address.

Quel avenir pour notre profession ?

20/02/2017
Témoignages
Quel avenir pour notre profession ?

Par C.Smith, ambulancier gérant.

Il y a quelques années, déjà plus de 8 ans, l’ambulancier est devenu professionnel de santé. Il a été décidé de lui changer sa formation en l’axant plus vers l’urgence, bonne idée. On nous à mis en place des formations continues, bonne idée également. Il y a quelques années, on nous a imposé la norme EN 1789 FR pour nos véhicules, bonne idée aussi.

Voulant rester dans cet esprit d’évolution de la profession, un certain nombre d’entreprises à travers notre pays ont pris la décision de compléter le matériel obligatoire, multi-paramètres, pousse seringue électrique, etc….
On est même arrivé à pouvoir mettre en place et dans les départements demandeurs, un  système de transmission des données bilans via une connexion internet embarquée (télé-médecine) et sommes également impliqués depuis fort longtemps dans les urgences pré-hospitalières.

Suite à ces évolutions, on nous sollicite de plus en plus pour les prise en charge des transferts des services tels que les USIC, USC, RÉA, CORO, NEURO, etc…. et on ne peut que remercier le personnel de ces services qui nous font confiance depuis ces années.

Vous êtes sûrement en train de vous demander pourquoi tout ce texte juste pour expliquer une partie de notre profession que tout le monde connait déjà. En réalité je me pose encore la question...

Il y a quelques jours, j’ai eu vent de la mise en place d’un exercice alpha sur notre département courant décembre (comme il y a pu avoir dans les départements voisins). Suite aux malheureux événements ça parait une très bonne idée. 

Je me suis donc renseigné dans les départements ayant déjà participé à ces exercices où on implique les ambulanciers privés au même titre que les sdis, secouristes et samu. Suite à ça, en ambulancier passionné et impliqué, je me dirige donc vers mes institutions gérantes locales en proposant l’idée d’essayer d’inclure les ambulances privées. Pour l’instant cela parait logique, idée de renforcer (ou créer) le travail inter services.
A ma grande surprise il m’a été répondu que nous n’étions pas prévu dans cet exercice, et à priori que nous ne serions pas sollicité, tout simplement. Ca resterait inter samu-sdis-secouristes.

Alors, à votre avis comment sommes nous perçus, reconnus, vus par nos institutions locales ?

- Sommes nous donc capables de faire mieux que des transports tels que les consultations, sorties d’hospit, rééducations, transferts etc…? - Sommes nous réellement des professionnels de santé ? 
- Avons nous vraiment la capacité de prendre en charge des urgences pré-hospitalières plus importantes que des fractures d’un pouce ou des céphalées ? (pour exemple)
A vous de voir….

Pour ma part je reste persuadé que nous restons un maillon essentiel dans la prise en charge des urgences. Nous avons le matériel et les compétences, nous sommes également capables de venir en aide sur des plans alpha, novi, blanc. Je suis persuadé que nous possédons assez d’ambulances sur tout le département ainsi qu'en France pour participer à ces plans si c’est un jour nécessaire. Je reste également persuadé que tous mes confrères ambulanciers sont potentiellement prêts à y participer.

L'évolution de notre profession reste une directive importante, au même titre que l’amélioration de nos prises en charge, même si apparemment nous manquons énormément de soutien !

Essayons de ne pas perdre de vue que nous travaillons tous pour la même personne, peu importe que nous l’appelions victime, patient, impliqué.. Car ces personnes ne doivent pas devenir otage d’une pseudo bataille de grands chefs (...)

C. Smith

Sébastien CHMIL
Vice-président du CATSUF chargé de la communication

Commentaires

Soumis par Scopoy le lun 20/02/2017 - 20:50

Tellement vrai et tellement pitoyable.
Je suis également chef d'entreprise, je fais tout ce qui est possible pour que notre métier soit reconnu et respecté.
Je suis également pompier volontaire et commence à très bien connaître le dialogue des SDIS et du SAMU. Les mentalités seront dur a changer mais il ne faut pas lâcher.