Newsletter

The subscriber's email address.

Véhicule Sanitaire Léger & Oxygène, prise en charge délicate

29/05/2017
Témoignages
Véhicule Sanitaire Léger & Oxygène, prise en charge délicate

Bonjour à tous. Hier matin je suis appelé pour venir prendre en charge un monsieur de 65 ans pour consultation pneumologue. 

J'arrive donc avec mon VSL à son domicile et m'aperçois très vite que ce monsieur est sous oxygène. Je lui demande tout d'abord s'il en a besoin pour sa consultation et il me répond qu'il a sa bouteille portative. Intrigué et étonné je lui demande s'il est sous oxygène 24h/24, il me répond que oui, sous 1L confort voire 2. Je lui explique que le transport ne peut donc pas se faire en VSL mais en ambulance étant donné que je n'ai aucun moyen de lui en délivrer pendant le transport. Il me rétorque qu'il a l'habitude et qu'il fait comme ça à chaque fois. Surpris je me permet d'appeler la régulation pour rendre compte. Leur réponse est surprenante : "Oui ne t'inquiète pas, l'ARS autorise le transport de patient jusqu'à 1L s'ils ont leur bouteille portative" Ah bon........ 

Bref le monsieur n'y peut rien, nous partons pour l'hôpital à 35km de là, vérification de la réserve d'oxygène et j'installe le patient qui déjà est essoufflé suite à la marche avec un léger tirage.. 

Nous papotons de tout et de rien, du beau temps, de sa maladie, de ses chiens.. Tout à coup un léger sifflement me chatouille les oreilles. Je demande à mon patient si ce bruit est normal, impossible pour lui de me le dire étant donné qu'il ne l'entendait pas. Je penche un peu ma tête et m'aperçois que ce bruit vient de sa bouteille. J'alerte mon patient qui ne s'inquiète pas pour autant. Soudain le système se met à "fuiter" et le sifflement de plus en plus fort. Cette fois mon patient l'entend. 

Je décide donc de m'arrêter pour vérifier son système qui a ma grande surprise ne délivrait plus d'oxygène dans la tubulure ! Coup de pression, on est encore à une trentaine de kilomètre de l'hôpital.. Gros problème, mon patient n'avait plus d'administration d'oxygène. Je me dit dans ma tête, "ça sent pas bon".. 

Très vite il présente des signes de fatigue, essoufflé avec tirage ++ puis progressivement cyanose limite à vue d'oeil. Faut prendre une décision et vite. 

Je décide donc d'appeler le Samu pour expliquer le cas, l'ARM me passe le médecin. Étonné du mode de tranport et suite à mon bilan il décide de m'envoyer les pompiers qui sont à une quinzaine de minutes. Encore au bout du fil j'aperçois dans mon rétro une ambulance, je fais vite un signe aux collègues de s'arrêter, ce qu'ils font aussitôt et le précise au médecin. "Ok faites un bilan complet, vous me rappellez et s'il le faut, l'ambulance le prendra en charge". 

Les collègues arrivent je leur explique le cas et me voilà avec sac de secours et oxygène. Saturation à 83% !! On décide de le passer sous 3L pour voir l'évolution. Nous rassurons le patient en lui disant de bien respirer. Ça remonte doucement, 85, 86, 87 jusqu'à 95% et un patient qui reprend des couleurs. 

Je rappelle le Samu qui missione par la suite l'ambulance pour emmener mon patient qui de suite s'est senti rassuré mais un peu choqué ! 

Gros coup de gueule de ma part à toutes ces hautes instances qui veulent faire des économies au détriment de l'état de santé des patients ! Ça aurait pu être plus grave et si l'ambulance n'était pas passée par là je me retrouvais dans une sale situation ! 

J'ai l'intention de me rendre à l'ARS pour expliquer cela mais surtout pour obtenir le texte de Loi qui autorise ce genre de tranport en VSL ! Rien que d'en reparler je suis encore énervé ! Car dans ces cas là on fait quoi avec nos VSL, on ouvre les fenêtres ??? 

Une chance que tout se soit bien terminé (...) 

Florent